Vers un monde meilleur?

Depuis 50 ans, le monde a connu plusieurs crises pétrolières et financières. A chaque sortie de crise, nombreux ont été ceux qui ont espéré un monde meilleur. Mais peu de choses ont changé. L’économie de marché n’a cessé de chercher à réduire les coûts en se préoccupant bien peu des personnes pour le seul bien de la finance. Le fossé entre les plus riches et les plus pauvres n’a cessé de se creuser. Cependant, pour la première fois depuis plus de 100 ans, la crise mondiale que nous vivons actuellement est sanitaire. Emmènera-t-elle enfin l’Humanité vers un monde meilleur?

Sur le plan politique, aurons-nous enfin droit à des discours honnêtes? Un « nous n’avions pas prévu car nous n’avions pas affecté de budget à cela », plutôt qu’un « nous ne pouvions pas prévoir ».

Fan de films d’anticipation depuis le début de mon adolescence où après avoir vu « Rollerball » (1975) et « Soleil Vert » (1973), j’ai compris que le cinéma était une excellente source d’information pour nous prévenir de ce qui pouvait nous arriver dans un futur proche. En ce qui concerne le sujet des virus, de nombreux films et séries télé traitent de ce sujet. Ceux qui ont le plus retenu mon attention sont:

Alerte (1995) , un virus apporté par un singe menace de se propager dans tous les Etats Unis,

L’Armée des 12 Singes (1996), dans le futur, un docteur essaye d’envoyer un patient dans le passé pour sauver l’Humanité décimé par un virus,

Contagion (2008), un excellent film qui nous montre une pandémie telle que celle que nous connaissons avec le covid-19,

Utopia (2013-2014), une série anglaise dans laquelle une organisation secrète veut relâcher dans la nature un virus mortel pour réduire la population mondiale.

A cette sélection personnelle peut se rajouter de nombreux autres films, séries, romans, essais, discours… qui réunis les uns avec les autres nous démontre qu’il est désormais temps aux hommes politiques de tenir un discours honnête et non pas un discours leur permettant d’être élus ou réélus.

Mais la sphère politique a-t-elle encore une réelle influence sur l’économie? Plus les années passent et plus nous avons l’impression que les véritables dirigeants du monde sont les patrons des grands groupes. Si les politiques agissent le plus souvent dans leur propre intérêt plutôt que le nôtre, les dirigeants des grands groupes ne font guère mieux. Pour eux, le principal objectif est de satisfaire leurs actionnaires avant de satisfaire leurs employés. Mais est-ce mieux dans les petites sociétés? Combien d’entre-vous ne sont pas brimés par leur responsable ou leur patron? Nous vivons dans une société qui fait encore la place belle à l’autoritarisme. Si un cadre ne fait pas preuve d’autoritarisme, il pourra avoir les résultats qu’il voudra, il sera perçu comme faible par sa hiérarchie. Quel est donc ce mal qui gangrène notre Société et qui nous empêche dans la plupart des cas d’être heureux au travail ? Mais est-ce bien mieux dans notre sphère familiale?

Depuis mon enfance, j’ai le sentiment bizarre de ne pas être né sur la bonne planète. J’avais du mal à comprendre les disputes régulières des adultes lors des réunions de famille. Je me suis moi même très rarement disputé avec des camarades de classe, encore moins avec des amis. Et dans mon travail de cadre, je fais preuve de très peu d’autoritarisme au grand dam de ma direction. La Société m’a renvoyé une image de moi comme étant quelqu’un de faible qui évite les conflits. J’ai mis des années à comprendre que je n’étais pas faible mais que j’avais simplement un Ego très peu développé. Je n’ai jamais voulu être directeur de ceci ou de cela, j’ai toujours simplement fait mon travail du mieux possible tout en respectant les autres du mieux possible, ce qui n’est pas toujours évident quand on voit dans quelles conditions de stress nous sommes amenés à travailler parfois.

Ne serait-ce donc pas cet Ego présent en chacun de nous qui nous empêche d’aller vers un monde meilleur? Ne faut-il pas un Ego démesuré pour vouloir être Président ou Directeur de grand groupe? Combien faut-il écraser de personnes dans l’ascension vers une telle fonction?

Mais ne vous y trompez pas, l’Ego n’est pas l’apanage des grands de ce monde. Il nous concerne tous et si nous n’y prenons pas garde, il fait des ravages autour de nous. Combien de parents se sont fâchés avec leurs enfants à cause de l’Ego? Combien d’amis ou de membres de la famille ne se parlent plus à cause de l’Ego? Combien de couples se sont séparés à cause de l’Ego?

Comment espérer que le monde soit meilleur si nous ne nous efforçons pas à être meilleur autour de nous? Est-il important que votre enfant fasse les choses telles que vous le souhaitez? Est-il important que vos amis, les membres de votre famille, votre conjoint, pensent comme vous? Depuis des millénaires, les sages de différentes religions nous invitent à nous aimer les uns les autres, mais regardez comment nous nous déchirons autour de nous pour des broutilles dans la plupart des cas. Si vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un, exprimez votre désaccord de manière calme mais sans chercher à convaincre votre interlocuteur car sinon votre Ego prendra le dessus et ce sera le début du conflit. S’aimer les uns les autres, ce n’est pas le « Love and Peace » des babas cools soixante-huitards. S’aimer les uns les autres, c’est respecter l’autre dans sa différence, en comprenant ce que sa différence peut nous apporter.

Alors oui, la crise sanitaire que nous connaissons actuellement peut nous emmener vers un monde meilleur. Dans ces temps difficiles de confinement et de peur de la mort, on se recentre vers l’essentiel, notre famille et nos amis. Y a t’il quelque chose de plus important dans la vie que l’Amour de ses enfants, de ses parents, de son conjoint et de ses amis? Mais prenez gare à l’Ego qui rode toujours dans les parages. Le plus nombreux nous serons à savoir le tenir en laisse, le meilleur le monde sera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *