Pour en conclure avec le virus Covid-19

Après deux mois de confinement lié au virus Covid-19, nous reprenons peu à peu une vie normale. Nos libertés d’aller et venir nous ont été rendues et nous espérons que d’ici le mois de Juillet tout redevienne normal. Nous pourrions retenir de cette crise l’incompétence de notre gouvernement à la gérer mais nous ne sortirions pas grandis d’une telle analyse. A cela, je préfère nous pousser à réfléchir et à voir la réalité des choses sous un autre angle.

Lors de ces deux mois de confinement nous avons été abreuvés de
chiffres sur la mortalité liée à la pandémie. Tous les soirs nous avons eu droit à une véritable litanie morbide sur le décompte des morts. Comment ne pas avoir eu peur en entendant la croissance incessante du nombre d’hospitalisations et de décès au mois d’Avril?  Mais comment aussi ne pas nous rendre compte que cette orchestration macabre avait pour seul but de nous faire peur? Car énoncer chaque soir 500, 800, 1 000… nouveaux décès liés au Corona Virus sans le rapprocher du nombre de décès quotidien usuel en France n’a pas de sens. Certains se rappellent qu’au début de la crise le Professeur Didier Raoult nous disait que le Covid-19 ne ferait pas plus de décès qu’une grippe saisonnière. Nombreux ont été ceux qui ce sont moqués de cette prédiction en montrant pour preuve l’évolution du nombre de décès chaque jour. Mais maintenant que la vague épidémique en France est passée, nous pouvons analyser les chiffres de la mortalité.

En prévision d’une telle analyse, j’avais trouvé en Mars sur le site de l’Insee une page sur la mortalité en France, qui pensais-je alors nous permettrait de comparer la mortalité lié au Corona Virus avec celle de la grippe des hivers 2015 et 2017.


Graphique récupéré sur cette page de l’Insee début Mars : https://www.insee.fr/fr/information/4470857

Ce graphique montre le nombre moyen de décès par jour pour chacun des mois depuis janvier 2015. Quelle n’a pas été ma surprise quelques jours plus tard de voir ce graphique disparaître pour être remplacé par de nouveaux graphiques. A titre d’information, le site de l’INSEE nous indique : « Une nouvelle page dédiée à la diffusion des données concernant les décès quotidiens est disponible en cliquant sur ce lien. » Mais les chiffres disponibles sur cette nouvelle page ne comparent plus les décès que sur la période Mars-Avril et avec les années 2018 et 2019.

On voit clairement ce qu’engendre en nous la vision d’un tel graphique: nous faire peur en montrant une mortalité bien plus forte en 2020 par rapport à 2018 et 2019. Mais, il ne nous est plus possible ainsi de comparer la mortalité lié au Covid-19 avec celles des épidémies de grippe de 2015 et 2017. Par contre, le tableau de valeurs accompagnant ce graphique nous permet de savoir que l’épidémie de Corona Virus a engendré 19 000 morts de plus que sur la même période en 2019 et 15 000 morts de plus que sur la même période en 2018. On constate donc que cette surmortalité est toutefois bien inférieure aux 29 000 décès liés au Covid-19 comptabilisés par le Ministère de la Santé. Pourquoi une telle différence? Toute simplement parce qu’on a considéré pendant ces deux mois que toute personne décédée et porteuse du Covid-19 était décédée à cause de celui-ci. En faisant cela on a complètement oublié que de nombreuses personnes décédées étaient porteuses d’autres comorbidités telle que le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaire… et que pour d’autres ayant un âge très élevé, leur probabilité de décès même sans Corona Virus était très élevée. La comparaison, entre les décès comptabilisés et la surmortalité par rapport à 2018 et 2019, nous permet de dire qu’environ 34 à 52% des personnes décédés à cause du Covid 19 seraient de toute façon certainement décédés pendant cette même période pour d’autres raisons. C’est peut-être difficile à lire mais c’est la dure réalité des chiffres. Cette première analyse dévoile donc une partie de ce qui ne nous a pas été dit durant ces deux mois.

Si la mortalité sur la période Mars-Avril 2020 a été bien plus élevée que celle de 2018 et 2019 sur la même période, qu’en est-il par rapport aux épidémies de grippes des hivers 2015 et 2017? Pour la définir, il suffit dans le tableau de l’INSEE de compléter le graphique précédent.

Source pour compléter le graphique : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4487861?sommaire=4487854

Pour mieux comparer les différentes épidémies, j’ai décalé le graphique pour que la période hivernale se retrouve au centre en reliant le mois de décembre avec celui de janvier de l’année suivante. Le constat sur le graphique est flagrant: il y a peu de différence entre la mortalité lié à l’épidémie de grippe de 2017 par rapport à l’épidémie de Covid-19. Pour mieux quantifier cela additionnons les décès des mois de décembre 2016 (56 223), janvier 2017 (66 990) et février 2017 (51 563) (Cf. INSEE) ainsi que ceux des mois de mars 2020 (62 918), avril 2020 (66 610) et mai 2020 (47 779) (cf. INSEE). Nous obtenons 174 776 morts lors des trois mois où l’épidémie de grippe de 2017 a sévi et 177 297 morts lors des trois mois où l’épidémie de Covid-19 a sévi, soit seulement 1,5% de morts en plus. On est donc en droit de s’interroger sur la différence de traitement politique et médiatique entre ces deux évènements ayant des mortalité très proches tout comme le prédisait le Professeur Raoult.

J’en entends certains me dire déjà, « mais sans confinement le nombre de décès lié au Corona Virus aurait été plus élevé ». Certes, mais lorsque les gens sont malades de la grippe, on les soigne. On ne leur dit pas d’attendre à la maison et d’appeler le 15 si leur état de santé empire. En cas de grippe, les personnes les plus fragiles peuvent être traitées avec un antiviral (cf. AMELI) qui est efficace s’il est pris suffisamment tôt. Tiens, cela ne vous rappellerai-t-il pas un certain traitement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 ? Que le Professeur Raoult n’ait pas voulu organiser une comparaison de son traitement avec un placebo pour des raisons déontologique est compréhensible. Quand on est médecin, on veut soigner les gens et non pas les traiter comme des cobayes. Par contre, on est en droit de se demander pourquoi aucune personne du Conseil Scientifique n’a préconisé l’organisation de tels tests dans d’autres établissements hospitaliers? Le Conseil Scientifique qui conseille notre gouvernement n’a visiblement plus rien de scientifique. « Un technicien est une personne dont la tâche est d’utiliser des techniques et principes éprouvés. Il a affaire avec le connu. Un scientifique est quelqu’un qui cherche à connaître la vrai nature de la réalité physique. Il affronte l’inconnu. » Les membres du Conseil Scientifique ont eu peur de l’inconnu à tel point qu’ils en ont perdu leur intelligence scientifique. Ils ne sont finalement plus qu’un Conseil Technique.

Allons un peu plus loin maintenant dans notre réflexion. Que ce soit pour la grippe ou pour le Corona Virus, ce n’est pas le virus qui nous tue mais la pneumonie qu’il déclanche chez les personnes les plus fragiles qui sont souvent les personnes ayant les moins bonnes défenses immunitaires. Mais avez-vous entendu beaucoup de personnes, dans les débats très animés auxquels nous avons eu droit à la télévision, nous invitant à prendre soin de notre santé à l’aide d’un régime équilibré, la pratique d’une activité sportive ou la prise de compléments vitaminés? Non! Visiblement les personnes en bonne santé n’intéressent personnes. Par contre, des personnes qui peuvent mourir d’une pandémie intéressent beaucoup de monde, surtout ceux qui veulent leur vendre des vaccins. Les vaccins pour la grippe existent déjà. Voyez-vous moins de décès à cause de la grippe chaque année? Non, car le virus de la grippe mute régulièrement et les vaccins de la grippe ne sont donc jamais complètement efficaces. Comment espérer que pour un nouveau virus nous ayons un vaccin plus efficace? Le Covid-20 s’il existe un jour ne sera pas le même que le Covid-19. De plus, ce sont les mêmes personnes qui vous disent que comme la maladie se soigne toute seule dans 80% des cas, il ne faut pas prendre de risques avec la dangereuse Hydroxy-Chloroquine, qui vous inviteront l’année prochaine à tous aller vous faire vacciner car le Corona Virus tue.

Que faut-il donc retenir de tout cela dans le cas ou ce virus ressurgisse dans quelques mois?

Le Corona virus tue, c’est indéniable. Mais tout comme la grippe il peut être contrôlé. Le confinement et le matraquage gouvernemental a au moins eu pour effet de nous éduquer sur la dangerosité du virus sur les personnes fragiles. En cas de nouvelle pandémie, il faudra donc protéger celles-ci. Pour cela, le port du masque et les gestes barrières seront suffisants. Ces fameux gestes barrières si nous les pratiquons tout au long de l’hiver (au moins en dehors de notre cercle familial) auront l’avantages de réduire les prochaines épidémies de grippe et de gastro-entérite. N’oubliez pas non plus de prendre soin de votre santé pour renforcer vos défenses immunitaires, elles vous aideront à combattre tout type de maladies virales et bactériennes qui pourraient s’attaquer à votre organisme car il n’y a pas que le Covid ou la grippe qui tue.

Santé et prospérité à tous. Et surtout, n’oubliez pas d’ouvrir votre conscience et de voir les choses au delà de leurs apparences…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *